Bienvenue
Forum en bêta. Venez nous rejoindre, on a des cookies Inlov

Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Age : 28
Fonction : Prince
Messages : 22
Localisation : cherchez une boule de poils rousse sous une couverture

Feuille de personnage
Masque: du cryptozoologue
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: implants oculaires, olfactif et auditifs bikatéraux, cordes vocales - prothèses exosquelette presque complet aux jambes, partiels aux avants bras, dorsal
Voir le profil de l'utilisateur

Mensonge, le rideau tombe

le Jeu 11 Jan - 21:18
Mensonge, le rideau tombe
Leif & Inari

Le temps exécrable m'a contraint d'annuler l'inauguration d'un nouvel aéronef. Pas ma faute. Je trottine gaiement jusqu'à ma résidence, sautillant dans les flaques d'eau. N'allait pas imaginer un grand gaillard d'un mètre huitante se comporter de la sorte, ce n'est qu'un renard roux innocent que vous pouvez contempler pour le moment. Arrivé à domicile, je reprends forme humaine et retire mon masque. L'appartement est désert, pas l'ombre d'un murmure. Leif doit avoir eu à s'absenter pour un de ses patients et je ne devais pas rentrer avant encore trois bonnes heures. Il me vient l'envie d'aller me rouler dans ses draps pour l'attendre, juste histoire de fermer les yeux avant son retour. Je pose ma veste, mon masque, mon sac et me dirige vers la chambre du secrétaire. Volets clos, je me contente d'allumer la lumière pour ne pas m'empêtrer dans ses affaires. Je repère un dossier complètement ouvert et étaler sur le lit. Curieux, je me penche sur les photos et reconnais rapidement des membres du conseil dont je parle souvent à mon amant. Sauf que tout est organisé sous forme de compte rendu. Dont un à mon effigie. Je blêmi en me saisissant de la page et commence à lire. C'est donc ainsi qu'il me voit et qu'il parle de moi. Mais à qui et pourquoi ? Méticuleusement, je me mets à tout lire pour essayer de comprendre, mais plus je persiste et plus je me perds dans ses descriptions. Sans plus aucune notion du temps, je finit par juste étaler les feuilles devant moi et regarder toutes les crapules au milieu desquelles se trouve mon propre visage, c'est avec un air d'incrédulité figé que Leif me trouve sur son lit, je l'ai entendu revenir, mais bloqué en position fœtale à fixer avec obstination ces faciès, je n'ai pas eu la foi de réagir, ni de cacher la découverte que je viens de faire. Je soupire et lève enfin mon regard vers lui.

"Pourquoi je suis là ? Pour qui je suis "pas une menace" ?"

Je désigne du bout du nez l'image me représentant et porte à nouveau mes iris sur lui. Moi qui suis si transparent auprès de lui, je suis donc le seul à me soucier de tout ce que les mensonges apportent de néfastes et la perversion, la corruption qu'ils engendrent.  Je le connais depuis sa naissance et nous nous aimons depuis neuf ans maintenant, comment et depuis combien de temps maintient-il cette illusion en place ? Je n'ai donc personne en qui je peux croire aveuglément, personne de confiance, personne de bienveillant. Il s'assied à mes côtés et me prend dans ses bras. Je pose ma tête contre son torse, fatigué, aucune envie de résister. De toute manière pour aller où ? Faire quoi ? Je ne m'énerve jamais et certainement pas contre mon cher et tendre même si ce dernier vient de me poignarder dans le dos. Des larmes chaudes commencent à me courir sur les joues et je n'arrive pas à les contenir. Elles s'écrasent sur la chemise du Botaniste formant une auréole sur son vêtement. Je me sens faible, mais avec lui, c'est ok, je peux l'être, je l'espère toujours qu'il ne me jugera pas là-dessus, que cela ne finira pas écrit sur un dossier pour je ne sais quel commanditaire. Je passe mes bras autour de lui pour l'étreindre à mon tour et chercher un peu de réconfort malgré mes doutes. Non, c'est impossible, il ne peut pas être que mensonge, je ne veux pas croire cela un seul instant, je ne veux pas tout perdre. Un moment s'écoule dans une douce quiétude où nous restons enlacer, sans doute autant l'un que l'autre perdu dans ses pensées. Ma crise s'achève, mon chagrin s'estompe et je sens sa main venir caresser mes cheveux et jouer avec ma perle, il me prend mon tic nerveux, c'est mignon. Je lève mon regard vers lui, sans doute les yeux rougis et la mine défaite. Il me donne l'impression d'être prêt à m'en dire plus et j'attends patiemment qu'il commence ses explications. Il débute avec un doux baiser que j'accueille avec plaisir et sa voix brise le silence.

@Leif Markart
Made by Neon Demon

_________________

Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.
The thing I treasure most in life cannot be taken away
There will never be a reason why I will surrender to your advice
To change myself, I'd rather die
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum