Bienvenue
Forum en bêta. Venez nous rejoindre, on a des cookies Inlov

Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Age : 28
Fonction : Prince
Messages : 22
Localisation : cherchez une boule de poils rousse sous une couverture

Feuille de personnage
Masque: du cryptozoologue
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: implants oculaires, olfactif et auditifs bikatéraux, cordes vocales - prothèses exosquelette presque complet aux jambes, partiels aux avants bras, dorsal
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu de dupes

le Sam 6 Jan - 19:33
Jeu de dupes
Sido, Leif & Inari

Opéra ce soir, loge particulière, on aurait pu croire enfin un moment d'intimité avec mon cher et tendre, mais non. La bonne surprise ? La cyclope nous tiendra compagnie, je jubile, c'est l'extase infinie. J'enfile mon costume, encore un différent, enfin je dois bien en avoir une dizaine pour tous le voyage. Je suis un prince, rien de surprenant à cela, ce n'est même pas moi qui décide de tous ceux que j'emmène puisque certains me sont imposés en quelque sorte par des habilleurs qui gèrent l'image que je renvoi. J'ai réussi à faire en sorte qu'aucun ne m'accompagne, ni maquilleur, je les déteste, j'aime pas que des gens me papouillent trop longtemps, en petite dose ça va, mais eux non. Ce soir, c'est un costume entièrement blanc, je resplendi, il n'y a pas à dire, je vais faire encore chavirer quelques cœurs, même si c'est celui de Leif qui m'intéresse et que j'espère bien être séduisant pour lui. Leif est allé se préparer dans sa chambre et même si cela est regrettable, la rouquine nous attend dehors et nous ne pouvons nous rejoindre pour un dernier baiser, c'est d'un triste et met presque mon humeur en pagaille. Sauf que je suis un optimiste né et qu'il est difficile de me faire perdre mon sourire. Je passe ma main dans mes cheveux pour leur donner un semblant d'ordre tout en conservant un air rebelle sexy. Un dernier sourire au miroir et je rejoins le couloir où m'attendent déjà mon escouade composé de mon secrétaire et ma garde du corps. Deux microbes à côtés de moi, c'est assez hilarant et je ne peux réprimer un large sourire en pensant à cela. Sans compter que Leif est magnifique et que la jeune femme a été contrainte de porter une robe très échancrée dans le dos pour paraître avec nous sur les photos, elle sera sans doute prise dans la foulée et les stylistes royaux ne pardonneraient pas qu'une cyclope apparaissent en tenue trop formelle, militaire. Sa robe rose pâle lui arrivant jusqu'aux chevilles fait miroiter un millier de perles aux reflets irisés, une vraie merveille qui lui moule les hanche et s'évase à mi cuisse.

"Parfait mes chers, prêts pour un super spectacle ? Enfin d'abord la conférence de presse et le blabla et après on s'en prend pleins les mirettes."

Je me dirige d'un pas sûr vers la salle, suivi de mes deux acolytes de  la soirée. Drôle de trio que nous formons, les deux assez silencieux. De ma démarche découle toute l'impression que je gère mon statut avec brio, j'avance vers le groupe de reporters, plusieurs visages familiers, des poignées de mains échangées, des sourires et quelques mots pour enjoliver le tout et nous commençons une brève interview. Rien de bien extraordinaire, rien qui nécessite une préparation préalable puisque cela est quasiment mon quotidien et que je sais jouer naturellement de mes charmes pour séduire la foule et le convaincre. Je ne décroche pas de ma personnalité sincère, mais je sais que ce genre d'entretien ne requiert aucune révélation, c'est juste du people pour montrer un peu plus la famille Val'tayik et ma belle gueule passe nickel.

Trente minutes plus tard, nous entrons enfin dans la loge privée où un buffet froid nous attend ainsi qu'une bouteille de champagne frais. Je souris une nouvelle fois. C'est chouette d'être prince quand même. J'avoue que dans ses moment-là, je jubile, même si j'aurais aimé boire ma coupe en amoureux et profiter de m'enivrer pour m'abandonner dans ses bras. A défaut de cela, il va falloir que je me retienne et que j'échange éventuellement avec elle, bien que concrètement, ils ont plus le droit de parler entre eux qu'ils ne l'ont de m'adresser la parole. Enfin, si j'étais un "véritable" Val'tayik, je serais chiant de la sorte. Loin de là, je préfère mille fois m'inviter à toutes les conversations et profiter de tous les convives peut importe leurs origines, leurs histoires.

Je ne m'assieds pas tout de suite, le spectacle ne commençant que dans une petite heure, les autres convives n'ont pas encore pris place et nous avons le temps d'échanger… Si l'envie nous vient de même que le sujet. Je me sens pris en étau entre les deux et pourtant, je ris intérieurement du ridicule de la situation. C'est exactement le secret que je ne veux pas qu'elle découvre, elle l'a sous les yeux et pourtant notre performance de ce soir va être l'exemple type de pourquoi notre amour ne risque pas d'être dévoilé. De un, je suis toujours jovial et bienveillant envers tout le monde, rien de choquant que je me montre de même envers mon secrétaire qui est de plus mon meilleur ami, même si cela n'est pas toujours connu. De deux, Leif sait faire preuve d'un froid et d'un détachement impressionnant envers moi, chose que je ne comprendrais jamais, mais je sais qu'il le fait pour nous, alors cela ne m'affecte plus, même si j'avoue qu'au début de notre relation , je me sui demandé s'il m'aimait vraiment ou si je n'étais qu'un jeu pour lui.


@Sidonia M'aala et @Leif Markart
Made by Neon Demon

_________________

Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.
The thing I treasure most in life cannot be taken away
There will never be a reason why I will surrender to your advice
To change myself, I'd rather die
avatar
Age : 22
Messages : 25

Feuille de personnage
Masque: du cryptozoologue
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: prothèses Dorsale, ainsi qu'aux épaules, hanches et genoux - implants oculaires, auditifs, à la nuque
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jeu de dupes

le Dim 7 Jan - 1:09
Jeu de dupes

Inari, Leif & Sidonia


Parfait. Ce soir, c’est opéra. Autant dire qu’entre cette bonne nouvelle, que mon mal de mer n’est plus qu’un lointain souvenir et qu'on accoste demain, je suis de très bonne humeur. L’absence de Jowan y joue pour beaucoup aussi. S’il avait été convié à la croisière, j’aurais trouvé le moyen de lui faire avaler des somnifères, histoire qu’il n’arrive jamais à temps sur le navire. Déjà que je suis enfermée dans une structure entourée d’eau… si en plus j’avais dû le gérer, je courrai à la catastrophe.

Je lâche un soupir discret, profitant du fait d’être enfin seule. Cela relève presque du miracle étant donné que j’ai été relégué dans les dortoirs communs aux autres cyclopes qui sont du voyage. La poisse. Une vraie galère pour fermer l’œil. Un coup d’œil sur l’horloge m’apprend qu’il est temps que je file. Tant pis pour mes cheveux. Je n’ai pas le temps de les arranger mieux que ça. Disons que c’est passable. Mais bon. Je ne suis pas censée être coiffeuse non plus. Puis quand je vois le secrétaire du prince, je me dis que je ne suis pas si mal que ça, niveau capillaire.

Je m’engage dans les coursives, avançant par petits pas. J’ai été agréablement surprise –même si la logique de la chose me laisse pensive- de trouver une robe pour l’occasion. Je préfère ça à une tenue plus… uniformisée. Même si j’ignore totalement la couleur réelle du vêtement, je la vois dans un beige jaunâtre pas franchement appétissant, j’aime beaucoup la coupe. Une fois n’est pas coutume, je suis allée m’admirer dans le miroir le plus proche une fois que je l’ai enfilé. Elle me va bien, même si c’est toujours difficile d’être objective dans ces cas-là. C’est sans aucun doute le vêtement le plus cher et le plus beau qui m’ait été donné de porter. Même si j’ai dû ridiculement me tortiller pour la fermer. Oh et puis les chaussures… le genre qu’on est heureuse d’enlever mais c’est un petit régal pour les yeux. Dans ces moments là -rares il faut l'avouer- j'aime encore plus le rôle d'espion que la Monarchie m'a attribué.

Il me faut quelques minutes pour atteindre la cabine du prince. Son secrétaire est déjà dans le couloir, à l’attendre aussi. Deux pour le prix d’un. Je n’ai pas encore tranché sur le fait qu’il s’agisse d’un avantage ou non, qu'il soit là. Surtout que les informations qu’on m’a fournies à son sujet sont plus que succinctes. Enfin en même temps ce n’est pas lui qui m’intéresse. Je le salue poliment avant de me poster légèrement en retrait. C’est fou, mais je me surprends à penser que finalement, si Jowan avait été là, j’aurais eu matière à discuter. Enfin à écouter. Mais étrangement ça fait passer le temps plus rapidement. Parfois.

Mais heureusement je n’ai pas longtemps à patienter, avant que le prince, souriant, ne sorte de sa cabine. Je lisse ma robe d’un geste machinal. Bien. Maintenant, c’est moi qui ai l’impression d’avoir des gardes du corps. Non vraiment, la logique de la robe m’échappe.

"Parfait mes chers, prêts pour un super spectacle ? Enfin d'abord la conférence de presse et le blabla et après on s'en prend pleins les mirettes."

Je fronce les sourcils. Ce détail m’était sorti de la tête, impatiente que je suis d’assister à l’opéra. La presse. Les photos… Voilà le fin mot de l’histoire qui explique ma tenue. Je vais devoir m’amuser à éviter le plus possible les objectifs. Pas que je sois le principal centre d’intérêt des reporters, loin de là, mais j’aimerai éviter d’apparaître sur des clichés, ce qui est tout un art. C’est soit ça, soit écouter les piaillements incessants des journalistes. Nous rentrons dans une salle. Un rapide coup d’œil sur cette dernière et je me dirige vers la cloison de bois. Parfait. Aucune chance que je sois photographiée par inadvertance dans ce coin et j’ai une vue imprenable sur la seule entrée de la pièce.

Je ne sais pas combien de temps a duré la conférence de presse. Je n’y ai tendu qu’une oreille distraite, peu intéressée par ce genre de discussion. L’officiel est très ennuyeux. Surtout que le prince, ainsi que son secrétaire, sont rompus à l’exercice. Rien de passionnant donc. Puis enfin nous abandonnons la nuée de journalistes pour atterrir dans la loge privée. Alors ça, c’est le summum. La perfection pour profiter parfaitement de l’opéra.

Avec bouteille de champagne. Le bouchon m’apprend qu’il s’agit d’un millésime, sans grande surprise. Pour une fois ce n’est pas moi qui m’occuperai du service. L’avantage de surveiller un prince. Mais plus que la bouteille, c’est le buffet qui attire mon attention. J’en sautillerai presque de joie. Si j’étais seule et pas en robe. Au lieu de ça je suis toujours en raccord avec le rôle d’Anora : légèrement souriante, droite et silencieuse.

Mais une grande question hante mon esprit : je vais me faire affamer ou pas ? Je m’attends à tout. Ce n’est pas parce que la dernière fois  le prince a été correct, que ça va être la même chose cette fois-ci. En plus il n'est pas seul... Ah si. J'ai tranché. C'est un avantage d'avoir le secrétaire dans les parages. Les gens ne se comportent pas tout à fait de la même manière quand ils ont quelqu'un de connu à leur côté. Même si je ne m'attends pas à des bouleversements sensationnels.


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Age : 26
Messages : 26

Feuille de personnage
Masque: du botaniste
Attributs et compétences:
Implants et prothèses:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jeu de dupes

Aujourd'hui à 17:42
-
Meh. Un opéra prévu pour ce soir. Leif n'était pas friand de ce genre d'événement, préférant de loin agiter ses dreads dans tous les sens à des concerts. Cependant, comme tout bon secrétaire du prince qui se respecte, il se devait d’assister à la représentation. Il pourrait feindre la maladie et rester dans sa loge, mais le jeune homme ne voulait pas abandonner son amant, surtout que la cyclope était de la partie ce soir. Une galère dont il se serait bien passé. Le botaniste venait d'enfiler son costume et s'occupait maintenant de sa chevelure indomptable. Il la remonta en chignon et garda le tout sous un bandana pour éviter les fuites de dreads. Fin prêt, le guérisseur sortit de sa cabine. Un rapide coup d'oeil dans le couloir et il remarqua qu'il était seul. La demoiselle arriva peu de temps après dans une robe rose pastel digne de la cour. Les innombrables perles brillaient sous les rayons du soleil. Il la salua en retour sans s’étaler dans les politesses interminables et attendit le prince. Mince, il ne pourrait lui offrir un dernier baiser avant de devoir jouer son rôle.

Enfin, Inari sortit à son tour. Mon dieu, ce costume. Il ne se rappelait pas de l'avoir vu dans une tenue aussi belle jusque là. Cela ne l'étonnerait pas qu'elle ait été créé pour l'occasion. Lui qui pourtant savait maîtriser ses expressions pour ne pas que le doute plane sur leur réelle relation allait avoir du mal à garder son regard loin du prince. Un léger sourire se dessina sur son visage en voyant celui de son homme. Sauf que le politicien suppliait presque le microbe pour assouvir le péché de chair. Le plus vieux se mit en marche. Comme à son habitude, le secrétaire resta à ses côtés, légèrement en retrait. Il restait silencieux, ne comptant pas discuter avec la garde du corps de son homme. Il ne pouvait pas non plus commencer à parler avec le brun, les journalistes lui sauteraient dessus d'une minute à l'autre sans qu'ils n'aient le temps de finir leur sujet. Bingo. Quelques minutes de marche et les voilà déjà entourés de toute part. Habitué à être invisible dans ce genre ce moment, Leif attendait juste que ça passe, sans plus. Il écoutait simplement les discours du crypto, dont la voix le rendait toujours plus amoureux. Ce fossé immense entre ce qu'il laissait paraître en public et ce qu'il était réellement dans la privé manqua de lui arracher un nouveau sourire. Il ne fit pas attention à la fuite de la cyclope, partit se cacher dans un coin pour éviter les photographes.

Le jeune homme prouvait tout de même le temps long. Il n'était pas vraiment concentré dans sa tâche aujourd'hui. Son cerveau aurait préféré rester au calme. Trente longues minutes plus tard, le trio se retira dans une loge privée. Enfin. Dommage que la jeune femme était de la partie, le guérisseur aurait pu roucouler avec le crypto en attendant l'opéra. En attendant il allait devoir continuer de tenir son rôle de simple secrétaire, tout en piochant dans le buffet car la faim commençait à se faire sentir. Il devait bien y avoir quelques trucs pour lui là-dedans, non ? Au pire il demanderait au prince avant de se servir. Aucune conversation ne semblait vouloir émerger. En même temps, les deux hommes ne pouvaient parler d'amour en présence de l'intruse, et étant collé l'un à l'autre toute la journée, ils avaient fait le tour des discutions officielles.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________



I'm not afraid,
I'm not ashamed,
I'm not to blame,
Welcome to the masquerade !
Contenu sponsorisé

Re: Jeu de dupes

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum