Bienvenue
Forum en bêta. Venez nous rejoindre, on a des cookies Inlov

Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Maître de l'Espace
Age : 29
Fonction : Barman/assassin
Messages : 286
Localisation : Espérez juste que ce ne soit pas votre chambre à la nuit tombée

Feuille de personnage
Masque: du ténébrium
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: Implants oculaires bilatéraux - peau - prothèses brachiales pour des lames
Voir le profil de l'utilisateur

If we die it's fine cos we live for this

le Lun 1 Jan - 18:54
If we die, it’s fine cos we live for this
Leif & Danak

Je l’ai observé durant le réveillon et je n’ignore pas qu’il a quelques peu tiqué en voyant mon visage même s’il sait ses montrer assez impassible, c’est après tout une de ses qualités que nous apprécions au sein de la cause, il est capable de mentir avec passion sans se trahir et son faciès ne le trahi pas, bien sûr, ce n’est que très secondaire à ses talents d’empoisonneur qui ont été utiles plus d’une fois. D’autant plus qu’il est une ressource inestimable pour moi-même lorsque j’ai besoin d’un petit artifice supplémentaire à ajouter au tranchant de mes lames. Je le repère enfin seul, à croire qu’il ne se défait jamais de son prince, il y tient. J’ai réussi à récolter quelques informations et pas des moindres… Il est tout simplement le secrétaire du prince depuis des années. Je suis plus invisible que la mort et attend que nous nous retrouvons seul dans un couloir pour lui courir dessus et l’arrêter redevenant visible par la même occasion. Un sourire carnassier derrière le masque, il m’a fait abandonner mon amant pour le travail, je ne vais pas rendre inutile notre entretien pour justifier auprès de moi-même de m’être excuser au crypto de le laisser seul. Bon au moins, cela lui permet de respirer, je sais qu’il aime être avec moi, mais un peu de solitude n’a jamais fait de mal à personne.

« On peut parler ? »

Mon ton est neutre, je ne vais pas me montrer hostile, mais je deviens l’homme d’engrenage, le bras droit, froid, implacable, à la réputation solide d’assassin sans échec. Tout le monde me connaît, ou croit me connaître même s’ils ignorent qui se dissimule derrière le masque, et je connais tout le monde. Un signe positif de la tête et je nous dirige vers une salle que je sais vide ayant pris le temps de repérer les lieux plus amplement pendant la matinée. Je n’aime pas ne pas maîtriser mon environnement, c’est une nécessité pour moi. Je revérifie méticuleusement que la salle est vierge de toute écoute intrusive, de tout œil indiscret et que nous allons pouvoir converser sans mettre en péril nos identités respectives. Je me tourne vers l’empoisonneur et lui sourit après avoir retiré mon masque en signe de non agressivité. Je suis redoutable avec mon masque, pas beaucoup moins sans, mais cela rassure toujours les autres de voir le visage de son ennemi, même si je suppose que nous ne le sommes nullement vu qu’il a toujours servi Engrenage sans jamais faillir.

« Nous avons un petit souci, chacun sa vie, je ne suis pas là pour emmerder qui que ce soit en dehors de notre activité commune, mais tu sais qui je suis dans l’organisation et … ta position en dehors de notre cause me pose quelques questionnements. »

Je caresse mes piercings et marque une pause pour l’observer avec insistance, je ne veux pas laisser passer le mensonge qu’il maîtrise si bien et il me faut mettre beaucoup en œuvre pour percer sa carapace si l’on peut considérer que j’y arrive.

« Je ne m’attendais pas à te savoir aussi proche de la famille royale, je ne demande que rarement cela, ta situation particulière me conduit à m’intéresser à ta vie privée et j’en suis désolé si cela est intrusif… mais tu comprends que je ne peux pas laisser … vivre… quelqu’un qui risque de nous trahir. »

J’appuie, je sais, je ne l’agresse pas, mais je suis connu impitoyable et mon ton doucereux trahi mon amour pour l’organisation. Je ne permettrai rien ni personne de la mettre en danger et il va falloir qu’il se montre très convainquant pour le coup. Mon monologue terminer, je me plante devant lui et le regarde en le pénétrant de mes iris bleutées électrisantes. L’avantage, je le domine d’une bonne vingtaine de centimètres et je m’en sers pour m’imposer devant lui. J’ai glissé ma dague à rouelle à ma ceinture et cela m’embêterai grandement de laisser un cadavre sur le bateau, surtout que Blondie à capter que j’étais partie avec mon arme, j’ai senti son regard sur ma ceinture même s’il n’a rien dit. Je ne pense pas qu’il ait apprécier que j’amène mon arme avec nous en voyage.
Made by Neon Demon


_________________



Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.

Never again will I be dishonored
And never again will I be reminded
Of living within the world of the jaded
avatar
Age : 26
Messages : 26

Feuille de personnage
Masque: du botaniste
Attributs et compétences:
Implants et prothèses:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: If we die it's fine cos we live for this

le Mar 2 Jan - 1:04
-
Puisque le prince devait s'absenter pour des raisons évidentes de réunion entre hauts placés sur le navire, le jeune homme en profitait pour faire un tour au calme, à admirer l'étendu d'eau qui se confondait avec le ciel à l'horizon. Firmament bleu et sans nuage, océan sans vague. Parfait. Il s'était rhabillé de manière plus ample, ne pouvant définitivement pas rester en costume sur une trop longue période. Sa sacoche en bandoulière ne le quittait pas. Il préférait l'avoir près de lui quand il sortait, au cas où il devait intervenir en tant de guérisseur. Son envie de soigner les autres restait même durant ses « vacances ». Il se rappela le regard croisé qu'il avait eut avec un autre membre de l'organisation lors du repas tout à l'heure. Pour ne pas éveiller les soupçons et faire comme s'ils étaient deux parfaits inconnus, il n'avait pas gardé le contact visuel trop longtemps, s'étant intéressé de toute façon plus à son amant en train de descendre la bouteille d'alcool qu'autre chose. Il passa une main dans les longues, très longues dreads laissées libres et entendit des pas venir dans son dos. Il se retourna. Tiens, son collègue d'Engrenage. À sa question, il hocha la tête. Il n'avait rien à se reprocher de toute manière. C'est les mains dans les poches qu'il le suivit jusqu'à une salle vide et où après une inspection minutieuse du brun, ils purent commencer à parler. Le plus âgé retira son masque. Par politesse, il en fit de même et le glissa dans sa besace. Il s'adossa à un mur, les mains toujours fourrées dans son pantalon, décontracté. Hm. Il savait qu'une telle position chez la famille royale poserait des problèmes à un moment ou un autre. L'assassin enchaîna son monologue d'une traite, ne le laissant pas caser un mot. Son regard insistant se confrontait à la nonchalance du sien. Ils soutenaient la même cause, il ne voulait pas qu'une dispute éclate entre deux membres de l'organisation. Et encore moins être pointé du doigt, ce qui se faisait déjà assez comme ça par la belle-famille de son amant.

Cependant, la deuxième partie lui fit relever le menton. Allons bon, il voulait l'éliminer maintenant ? Fidèle à lui-même, il ne laissait rien transparaître. Il haussa simplement les épaules, le regardant s'approcher. Le sentir le toiser de cette manière ne lui plaisait pas. Alors devoir autant lever la tête pour continuer de le regarder ne l'amusait guère. Cependant, si le ténébrium pensait que sa taille ferait une technique de domination, c'était raté. Il fallait dire qu'avec Inari, tout comme les jeunes et innocentes filles avec lesquelles il s'amusait lorsque le prince s'absentait durant un moment, c'était lui qui avait le dessus. Il n'était nullement impressionné par ce type, malgré qu'il le savait bon meurtrier, puisqu'il lui fournissait les poisons. Malheureusement, sa capacité à mentir comme un chef se révélait être à double tranchant. S'il lui était facile de faire croire ce qu'il voulait à quelqu'un, dire la vérité sans que celui-ci ne croit qu'il s'agit encore une ruse devenait un art beaucoup plus délicat. Il préféra se dégager et s'assit sur le premier bureau venu, se sentant moins prisonnier. Tel le secrétaire du prince qu'il était, il commença sa réponse dans une formulation formelle.

« J'entends bien et comprends tes craintes. »

Il haussa de nouveau les épaules. Il prit un ton plus amical ; celui qu'il avait au naturel, celui qui sonnait moins faux. Il s'installa en tailleur sur le meuble. Un je-m'en-foutisme qui lui collait à la peau malgré la tenue dont il devait faire part aux côtés de son employeur. Il posa son sac dans le creux que formaient ses jambes.

« Mec, ça reste désagréable de se faire traiter d'imposteur, de traître à l'organisation. Si je voulais trahir tout le monde, j'aurai pu le faire il y a longtemps. J'assiste à bien assez de réunions pour lâcher le morceau. Inari, c'est mon ami d'enfance. J'y peux rien s'il est devenu prince en épousant cette vipère. Il a fait de moi son secrétaire pour qu'on reste proche l'un de l'autre. Je ne pouvais le lâcher, même si ça fait tache avec Engrenage. »

Il fouilla dans son sac et sortit de quoi faire un joint. Tout en commençant à le rouler, il continua :

« Crois-moi ou non, je n'aime toujours pas la politique en place. Ça me gonfle au plus au point. J'ai juste envie d’exercer mon métier de guérisseur au lieu de me faire traîner dans des réunions ou des repas interminables. On me juge assez en général, j'ai plus envie d'empoisonner leur boisson que de leur révéler les noms des membres de l'équipe. Par contre, depuis le temps, j'ai accumulé un tas de choses sur la famille et toutes les personnes qui gravitent autour. »

Il sortit son briquet et alluma sa cigarette. Il tira une première fois dessus et souffla.

« Je fais peut-être office de pot de fleur derrière le prince, puisque je ne fais que porter les dossiers, mais je ne suis pas sourd pour autant. Bon j'ai pas grand chose sur moi ici, mais j'ai un tas de papiers à l'appartement sur toutes les affaires entendues à la volée, tout comme des informations confidentielles sur certains conseillers. »

Le botaniste eut un petit sourire, la clope entre les lèvres.

« Les Val'tayik sous-entendent que j'appartient à Engrenage et Engrenage sous-entend que je suis un traître qui travaille pour les Val'tayik. Je fais quoi ? » plaisanta-t-il.

Il planta ses yeux dans les siens, tira une nouvelle fois sur le joint avant de lui répondre plus sérieusement.

« Sinon tue-moi, déclenche la panique générale sur le bateau et pourri tes vacances avec je suppose son amant. Au choix. Il avait l'air un peu pâle ton ami d'ailleurs, il va bien ? »

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________



I'm not afraid,
I'm not ashamed,
I'm not to blame,
Welcome to the masquerade !
avatar
Maître de l'Espace
Age : 29
Fonction : Barman/assassin
Messages : 286
Localisation : Espérez juste que ce ne soit pas votre chambre à la nuit tombée

Feuille de personnage
Masque: du ténébrium
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: Implants oculaires bilatéraux - peau - prothèses brachiales pour des lames
Voir le profil de l'utilisateur

Re: If we die it's fine cos we live for this

le Mar 2 Jan - 3:33
If we die, it’s fine cos we live for this
Leif & Danak

Il est d’un calme exemplaire, je l’envie, j’en suis incapable. Je sais uniquement me montrer effroyablement froid et terrifiant. Je me détends, bien sûr qu’il nous aurait trahi depuis longtemps, mais je me dois de m’en assurer, c’est aussi mon rôle. Je ne peux pas juste « faire confiance », ce n’est pas le genre de chose qui fera vivre notre organisation. J’ignorais qu’ils étaient amis d’enfance… comme Blondie et son ami cyclope, il n’a juste pas voulu tourner le dos à leur amitié, c’est honorable de leur part. Il a toujours eu une conduite exemplaire au sein de l’organisation, je ne le juge pas à la hâte, mais sa position particulière aurait dû être l’objet d’une véritable surveillance. Pas de ne pas lui faire confiance, mais si des doutes pèsent sur lui, cela pourrait mettre en danger toute l’organisation et même à ses dépens. Le pauvre, le cul entre deux chaises, je n’ai pas vraiment envie de l’enfoncer et cela ne servirait pas Engrenage de perdre un membre tel que lui. J’ai moi-même eu affaires plusieurs fois à lui et il est d’une efficacité redoutable. Ses poisons sont uniques, incroyables. Je pousse un soupir et m’assieds à côté de lui. Je n’apprécie que moyennement qu’il utilise Finn dans ses arguments, mais j’aurais fait la même contre lui, je ne peux pas lui en vouloir.

« Non, ça va, comme tu dis, j’ai pas envie de semer la panique et la désolation, ça me suffit comme rôle en ville, je suis en vacances. »

Finn est pâle ? Je n’avais même pas remarqué. Il est toujours pâlichon il faut dire et je pense qu’il a bien assez de médication confectionné par ses soins, mais je me fais une note mentale que Leif est guérisseur et peut l’aider si jamais nous avons le moindre soucis.

« Je te connaissais plus pour tes talents d’empoisonneur que de guérisseur, la prochaine fois que je reçois un tir de flèche, promis, je penserais à toi. »

Je lève les yeux et l’observe. Digne d’un de nos membres aucun doute, il est tout de même déroutant de se retrouver avec un autre sympathisant d’Engrenage ici.

« Je suppose qu’il n’est pas à éliminer si tu es son ami d’enfance … Il est digne de confiance ? Au courant pour toi et ton appartenance à la rébellion ? »

Je pousse un nouveau soupir. Il hésite à me répondre et je comprends tout à fait, ce ne sont sans doute pas des questions auxquelles il s’attendait à devoir répondre aujourd’hui.

« Tu comprends que je dois en savoir autant que possible au vue de ta situation particulière et il y a deux solutions : en parler entre nous ou me renseigner en t’espionnant. J’ai comme des doutes qu’on puisse construire quoique ce soit comme relation de confiance avec la seconde et ce n’est pas ce qu’Engrenage souhaite véhiculer comme image. Tu fais tourner ? »

Oui, je ne fume pas souvent, mais je me sens d’humeur et franchement je préfère mille fois les joints à la clope normale. Il me regarde assez surpris dans un premier temps puis me tend la cigarette. Je la porte à mes lèvres et en tire une longue bouffée. Au moins je ne vais pas avoir à me soucier de lui-même si nous nous recroisons. Je ne perds pas le nord, je pars du principe que nous allons nous croire l’un l’autre sur parole. Mais. Il sait que Finn est mon amant et je le défendrais corps et âmes, je n’ignore pas non plus que le prince est son meilleur ami. J’ai donc de quoi faire contrepoids et il m’a donné l’information très librement, raison de plus pour lui octroyer une once de crédibilité à toutes les informations qu’il m’a fourni. Je tire une nouvelle latte et rends le joint à son propriétaire.

« Ça reste entre nous de toute façon, ce que j’apprends sur toi ici, ce que tu vois de moi ici, ne t’inquiète pas. On a tous une vie qu’on a à protéger »

Je lui adresse un sourire sincère ma foi. Je déteste la monarchie, cependant, de le comparer au lien entre Blondie et son ami cyclope m’aide à relativiser et aborder le problème sous un angle qu’il m’aurait été impossible d’envisager il y a seulement quelques mois encore, il peut dire merci à mon cher et tendre qui amène une dose de sensibilité dans ma vie.
Made by Neon Demon


_________________



Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.

Never again will I be dishonored
And never again will I be reminded
Of living within the world of the jaded
avatar
Age : 26
Messages : 26

Feuille de personnage
Masque: du botaniste
Attributs et compétences:
Implants et prothèses:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: If we die it's fine cos we live for this

le Mer 3 Jan - 22:49
-
Leif trouvait le jeune homme pâle, oui, mais ne le côtoyant pas quotidiennement comme l'assassin, il ne pouvait pas savoir si c'était sa couleur naturelle de peau ou non. Et comme il avait l'habitude de veiller sur le monde d'un oeil, en particulier des personnes proches de ceux qu'il connaissait, ce détail ne lui avait pas échappé. Après, ne savant rien de sa vie, il ne voulait pas faire de conclusion hâtive et préférait demander si ça allait. Il eut un petit sourire lorsque le brun lui répondit.

« Je sais, c'est paradoxal. Je préfère quand même sauver que tuer, mais on ne peut pas dire que les gens que j'empoisonne mérite d'être aidés. »

Enfin, lui préparait les poisons. Les coupeurs de gorges comme Danak se chargeaient du reste. Donc oui il tuait, mais jamais de sa propre main. Il n'était même pas sûr d'avoir lui-même versé le poison dans un plat ou une boisson. Cela ne l'empêchait pas de sortir avec une petite fiole puissante et quelques aiguilles dans son sac, juste au cas où. C'était par pur hasard que les deux se retrouvaient sur le même bateau. Lui non plus ne pensait pas voir un membre de l'organisation. À ses nouvelles questions, il hésita à répondre. Surtout que ce n'était pas spécialement le genre de discussion qu'il souhaitait aborder aujourd'hui. Lui qui voulait simplement passer un peu de temps à voir l'océan se retrouvait embarquer dans un questionnaire d'un collègue assassin. Il haussa les sourcils à sa demande, tira une dernière fois dessus avant de la lui donner.

« Ouais, normal. Pour te répondre, oui il est de confiance, aucun soucis à se faire là-dessus. Et non, je ne lui ai rien dit à propos de ma double vie. »

Il retint un soupir. Porter ce mensonge aussi longtemps pesait sur son coeur, il n'aimait pas cacher la vérité à son homme, mais il n'avait pas le choix. Autant pour le renard que pour lui, mieux valait de rien dévoiler. Imaginer ce qu'il pourrait se passer si la vérité éclatait qui hérissait l’échine. Entre le secrétaire espion et traître, et le prince complice malgré lui, le destin n'avait rien de joyeux pour l'un comme pour l'autre. Il reprit sa clope et tira une nouvelle latte alors que le ténébrium lui offrit un sourire rassurant.

« J'me doute. J'ai rien à cacher de toute manière. Faudrait que je dépose tout ce que j'ai espionné au QG, j'ai pas eu le temps de le faire, entre les réunions à rallonge et mes patients. »

Il ne voulait pas spécialement utiliser le crypto contre le brun. Certes il l'avait fait pour dévier un peu le sujet, mais de là à s'en prendre au blond, non. Il connaissait les talents d'assassin du plus âgé et ne risquerait pas de toucher à son ami. Pourquoi le ferait-il, de toute manière ? Il ne tuait que ceux qui le méritaient. Et lui ne semblait rien à voir avec tout ça. À moins que Danak ne s'en prenne au renard. Mais même là, ça serait plus le ténébrium dont il souhaiterait la mort, plutôt qu'un proche innocent. M'enfin. Il tira une nouvelle latte. L'odeur caractéristique de cette cigarette spéciale se rependit dans la pièce. Ils allaient avoir l'air malin tous les deux, à sortir d'ici les yeux rouges. Inari avait l'habitude de le voir dans cet état, cela ne lui posait pas de problème. Mais il ne faudrait pas trop rencontrer d'autres voyageurs sur le chemin du retour.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________



I'm not afraid,
I'm not ashamed,
I'm not to blame,
Welcome to the masquerade !
avatar
Maître de l'Espace
Age : 29
Fonction : Barman/assassin
Messages : 286
Localisation : Espérez juste que ce ne soit pas votre chambre à la nuit tombée

Feuille de personnage
Masque: du ténébrium
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: Implants oculaires bilatéraux - peau - prothèses brachiales pour des lames
Voir le profil de l'utilisateur

Re: If we die it's fine cos we live for this

le Jeu 4 Jan - 16:35
Comme beaucoup de nos membres. C’est toute la complexité d’Engrenage, une organisation dites criminelle, mais dont tous les membres se passeraient bien ’'avoir recours a des méthodes aussi barbare. Je ne dis pas, il existe es exceptions, des déviants et j’en suis moi-même un lorsqu’on y regarde de plus prêt.

« Engrenage essaye autant que possible d’épargner des vies, ce n’est malheureusement pas toujours évident … sans compter que certains ne méritent pas de vivre. »

Je soupire et me calme en m’appuyant sur ma respiration, j’ai eu une vie tumultueuse et ai rencontre assez de ces personnes qui méritent ni pitié ni mercis. C’est aussi le genre de sujet que je n’arrive pas a aborder avec Finn et pourtant, cela me pèse de garder des choses pour moi alors qu’enfin je trouve du réconfort auprès d’un autre être humain.

« ok, est ce que tu te sens de me faire un rapport sur lui tout de même, je serais le seul a le lire, tu es au courant de ma position dans l’organisation, je peux faire cela. »

Je me doit cela dit d’en savoir un minimum pour si jamais le chef le découvre un jour qu’il sache que je n’ai pas non plus laisse passe cette info sans la traiter un tant soi peu. Je réfléchis a comment m’y prendre pour ne pas le coincer non plus, l’arranger même.

« autant tes dossiers que ce dernier rapport, je peux tout venir récupérer chez toi, en visite nocturne bin sur. »

Il me retend la cigarette et je tire a nouveau dessus, lentement mais surement, mon cerveau commence a s’embuer et j’apprécie la sensation d’allégresse qui se repend. Je dois être bien plus sensible que le botaniste puisque je ne fume qu’exceptionnellement. je lui rends le bâton presque totalement consomme.

« bon au oins c’est rassurant de savoir qu’on a pas une des princesse ou princes de premières lignées, les Val’tayik pur souche sont autrement plus pompeux et détestables. »

Toujours assis sur une table pas loin du dreadeux, je m’étale en arrière pour me relaxer pleinement. Je vais demander a Blondie une sieste au creux de ses bras quand je reviendrais.

« Sinon j’voulais te faire un commande de poison, tu m’y feras penser quand on reviendra sur la terre ferme, j’veux un truc paralysant, pas mortel. »

J’aimerais pouvoir m’infiltrer sans avoir a décimer la moitie des grades et qui sait si un jour je ne tomberai pas sur l’ami cyclope de mon amant, j’aimerais autant ne pas être responsable de la mort de son meilleur ami, il ne me le pardonnerai jamais.

_________________



Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.

Never again will I be dishonored
And never again will I be reminded
Of living within the world of the jaded
avatar
Age : 26
Messages : 26

Feuille de personnage
Masque: du botaniste
Attributs et compétences:
Implants et prothèses:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: If we die it's fine cos we live for this

le Sam 6 Jan - 0:36
Leif l'écouta en silence. Les esprits embrumés par la drogue tournaient au ralenti. Cela permettait cependant de détendre les deux hommes, car l'ambiance au début de la conversation avait été plus intimidante. Un blanc rapide s'installa, avant que le ténébrium ne reprenne la parole.

« Je peux te faire ça, ouais. Ça sera toujours mieux que de nous mettre sous surveillance. Il tira sur la cigarette. Ça marche. »

Il lui redonna le joint et le laissa le consumer. Effectivement, le jeune homme fumait ce genre de choses plus souvent, sans tomber dans une dépendance très forte. Il arrivait à limiter sa consommation, mais aimait en prendre un de temps à autre. Entre ses travaux officiels et celui à Engrenage, parfois les séances de yoga et autres moments de détente ne suffisaient pas. Il reprit la clope déjà presque finie. À deux dessus, rien d'étonnant.

« C'est justement à cause de la princesse qu'il a épousé qu'on se retrouve ici. Je dis pas non à un voyage, mais rester en retrait et assister à toutes les interviews, les discours et j'en passe, c'est gonflant. »

Il tourna la tête et le regarda s'allonger sur le bureau. Il pourrait presque s'étendre à son tour quitte à poser sa tête sur le brun en guise d'oreiller, mais ils ne se connaissaient pas assez pour ce genre de chose.

« Tu me le rappellera une fois rentré, histoire de savoir ce que tu veux vraiment. »

Parce qu'il y avait des paralysants efficaces sur le court ou long terme, dont l'organisme se remettait plus ou moins bien. Comme il n'avait ni matériel, et encore moins l'envie de penser au boulot de l'organisation en plus de celui de secrétaire, il ne pourrait rien faire sur place.

« Ça sera pour quoi cette fois, si c'est pas trop indiscret ? »

Lui qui avait l'habitude de lui commander des toxines beaucoup plus... radicales, ça l'étonnait un peu de ne demander que quelque chose d'assez léger. Bon, après, il s'en fichait un peu de comment les membres de l'organisation utilisaient ses produits. Il les concoctaient juste, et n'avait aucune responsabilité sur ce que devenaient les fioles passées de sa main à une autre. Il repensa au jeune homme blond.

« D'ailleurs, le gars pâle de tout à l'heure, c'est sa couleur naturelle ? Peut-être qu'un soin ne lui ferait pas de mal. »

Il termina le joint et l'éteignit, souffla une dernière fois la fumée restée dans ses poumons.

_________________



I'm not afraid,
I'm not ashamed,
I'm not to blame,
Welcome to the masquerade !
avatar
Maître de l'Espace
Age : 29
Fonction : Barman/assassin
Messages : 286
Localisation : Espérez juste que ce ne soit pas votre chambre à la nuit tombée

Feuille de personnage
Masque: du ténébrium
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: Implants oculaires bilatéraux - peau - prothèses brachiales pour des lames
Voir le profil de l'utilisateur

Re: If we die it's fine cos we live for this

le Sam 6 Jan - 20:42
If we die, it’s fine cos we live for this
Leif & Danak

Ouais, carrément, pour lui, pour eux, pour moi. Aucune envie de faire mon espion. Déjà parce que ce n'est pas mon rôle premier au sein de l'organisation, ensuite, parce que je le trouve assez sympa, chose rare venant de ma part, son côté hippie décontract ne génère aucun stress chez moi. J'ignore juste où il vit, nous ne demandons pas cela systématiquement à tous nos membres pour pas qu'ils se sentent pris au piège. J'acquiesce de la tête, je veux bien le croire que ça doit pas être exactement le genre de vacances rêvés. Surtout s'il est son meilleur ami, compliqué de devoir gérer un tel rôle je suppose.

"Ah ouais … La terrible Anyanka, aussi belle que perfide. Tu m'étonnes, vous devez pas souvent soufflé et toi encore moins entre tes deux jobs, même les trois …"

J'écarquille les yeux me rendant compte de tout ce qu'il accomplit. Impressionnant sa polyvalence, à côté, ma carrière de serveur assassin pourrait presque paraître fade, sauf que je suis le meilleur quand il s'agit de refroidir mes ennemis et que je me débrouille carrément dans la confection de cocktails innovants.

"Médecin, secrétaire d'un des princes et empoisonneur pour Engrenage, t'as un CV en or."

Je ris, je crois aussi que le joint à un effet positif sur mon humeur, finalement ça serait peut-être une solution plutôt que de me vider des bouteilles de saké… Merde, maintenant j'ai soif. Je me contente d'un oui silencieux pour lui rappeler pour les poisons et lève la tête vers lui lorsqu'il me demande pourquoi. Il ne m'avait jamais posé ce genre de questions les rares fois où je lui en ai demandé, il faut dire que les autres fois, c'était du létal, la tombe au rendez-vous. Et j'ai toujours envie d'une coupe de saké, ils doivent servir ça au bar, je sais pas s'il se joindrait à moi pour un verre, à moins de rejoindre mon amant pour lui demander de boire un coup avec moi, mais je doute qu'il accepte, pas un gros buveur. Pas tactile pour deux sous, la drogue me détend assez, mais sans doute pas au point que j'accepte un tel contact de la part de ce presqu'étranger. Peut être une autre fois je ne dirais rien, mais pour le moment heureusement qu'il n'a rien essayé de la certes, je me serais montré frileux.

"J'ai appris récemment que le meilleur ami de mon amant est cyclope … C'est débile, mais du coup ça m'a fait réfléchir et je vais essayer d'être moins … mortel…"

Je soupire, c'est pas une honte de se remettre en cause, mais quand je pense que ma lame a fait couler le sang d'innocent, c'est un peu dérangeant. Enfin, sans plus, je ne peux pas modifier le passé et l'avenir m'appartient encore, à moi de rendre ma cause plus juste. En l'entendant parler de mon homme le référent en tant que "gars pâle", cela m'arrache un sourire et je recommence à rire.

"Ouais, c'est sa couleur naturelle, pâlichon, maigrichon. Propose toujours, il travail en herboristerie, il aime bien les trucs naturels et tout, moi je n'y connais rien. C'est plutôt lui qui me répare."

Je me redresse complètement et le regarde écraser le mégot, bon je pourrais peut être lui proposer de passer à l'alcool si cela le tente, j'ai envie de boire un coup et maintenir encore un peu le sentiment d'allégresse.

"Ça te dit d'aller boire un verre, pour une fois que je suis pas au service, j'me détendrais bien un peu."

Je caresse mes piercings réfléchissant à ce qu'il me propose pour mon crypto. Cela pourrait éventuellement lui faire plaisir en plus, massage, détente et le mettre d'humeur à plus.
Made by Neon Demon


_________________



Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.

Never again will I be dishonored
And never again will I be reminded
Of living within the world of the jaded
avatar
Age : 26
Messages : 26

Feuille de personnage
Masque: du botaniste
Attributs et compétences:
Implants et prothèses:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: If we die it's fine cos we live for this

le Sam 27 Jan - 22:59
-
Probablement lui donnera-t-il rendez-vous dans un lieu calme plutôt que chez lui. Leif ne voudrait pas que son amant s'inquiète de voir un inconnu rôder devant leur porte, surtout que le guérisseur ne faisait pas de soins chez eux. Il ne devait rien savoir sur ses agissements au sein d'Engrenage. Ça lui faisait mal au coeur de devoir lui mentir de la sorte. Ils s'étaient promis de ne rien se cacher et le jeune homme bafouait sa propre parole avec son double jeu.

« M'en parle pas, c'est une horreur parfois. »

Surtout lorsqu'il devait annuler des rendez-vous en urgence car cette vipère avait décidé que son ami irait à une énième réunion inutile et interminable, avec son secrétaire pour prendre des notes, bien évidemment. Sinon ce n'était pas drôle. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres quand le serveur réalisa sa polyvalence. Eh oui, il ne pouvait se contenter d'une seule fonction. Cependant, il ne cherchait pas non plus à être meilleur que tout le monde. Faire le concours de celui qui aura le plus long CV ne l'intéressait pas. Chacun ses domaines de prédilection. Il avait trouvé les siens et ils lui convenait.

« Ah ouais, c'est pas rien. Bon, je te ferai quelque chose de pas trop fort, histoire de les calmer sans faire de dégâts. »

Le dreadeux avait intérêt à bien doser chaque ingrédient. Si le type dont il parlait se trouvait sur le chemin de l'assassin et qu'il le tuait par empoisonnement, son amant lui en voudrait et Danak se retournerait contre lui, puisque il serait à l'origine de la toxine responsable. Logique. Même s'il ne voulait pas spécialement s'attirer les foudres d'un aussi bon membre de l'organisation. Cela ne serait pas si compliqué que cela. Un peu de temps et une minutie dans ses gestes suffiraient. Quelques tests pour s'assurer que tout fonctionnerait et il pourrait lui donner la fiole sans craindre un accident.

« C'est bien de préférer les plantes. Leurs nouveaux médicaments en labo, là, ça m'inspire pas confiance. Des poisons à long terme. » lança-t-il.

Et c'est l'empoisonneur du groupe qui pensait ça. Toutefois, lui ne comptait pas donner les toxines crées dans le QG de l'organisation à ses patients. Que ces nouvelles choses restent chères et accessibles seulement pour la haute bourgeoisie. Ainsi, les herboristes de quartier et les guérisseurs, tout comme les possesseurs des masques des flux primaires pouvaient continuer d'utiliser leurs remèdes plus naturels et plus doux pour l'organisme. Le châtain attrapa son sac et fouilla dedans. Parfois il gardait des échantillons par oublie après un rendez-vous, ou parce qu'il en avait besoin lui-même. Malheureusement, il n'avait rien à lui montrer ici.

« J'ai rien sur moi, mais je peux te proposer des huiles de massage. Tu en mets une noisette dans ta main, tu frottes pour la réchauffer et tu masses. J'en ai de différentes senteurs, certaines sont même comestibles. Sinon tu as les encens et les bougies pour détendre l'atmosphère. »

Il allait pour lui proposer d'aller dans sa chambre, mais le ténébrium le coupa dans son élan. L'idée d'un verre le tentait bien. Autant continuer dans cet état d'esprit amical, loin de leur premier échange avant d'entrer dans la pièce.

« Va pour un verre. »

Leif retourna sur le sol. Il passa la lanière de sa besace au-dessus de sa tête et la posa sur l'épaule. Il remit un minimum d'ordre dans ses cheveux et suivit le barman sur le paquebot.

« Faudra que tu viennes dans ma cabine voir s'il y a des produits qui t'intéresse. »

Sans doute lui donnera-t-il quelques uns. Ce n'est pas ce qu'il lui manquait et il pourrait les refaire une fois revenu chez lui.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________



I'm not afraid,
I'm not ashamed,
I'm not to blame,
Welcome to the masquerade !
Contenu sponsorisé

Re: If we die it's fine cos we live for this

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum