Bienvenue
Forum en bêta. Venez nous rejoindre, on a des cookies Inlov

Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Maître du Temps
Age : 26
Fonction : Secrétaire du Prince et guérisseur
Messages : 81

Feuille de personnage
Attributs et compétences:
Implants et prothèses:
Sac:
Voir le profil de l'utilisateur

Une vie de bohème - Leif

le Dim 26 Nov - 19:50
Markart
Leif

Attributs :
Force : 2
Intelligence : 3
Charisme : 4
Dextérité : 3
Endurance : 3
Affinité au masque : 4

Compétences du masque :
Herboristerie : 3
Survie : 3
Étiquette : 2

Autres compétences :
Hypnose : 4
Nager : 2
Baratin : 2


Célébrité : : Jack Roth

Age : 26 ans, né un 16 mars.

Sexe : Homme

Fonction : Secrétaire d'Inari, il s'occupe principalement de la paperasse et de tout ce qui tourne autour. Il reste très professionnel lorsqu'il s'agit de rédiger des lettres, mettant de côté le ton léger qu'il emploie d'ordinaire.
À côté de cela, il pratique la médecine traditionnelle pour soulager certains maux qui peuvent facilement être traités, comme le stress. Massages et hypnose sont au rendez-vous pour retrouver un esprit apaisé. Le jeune homme croit au pouvoir des pierres et n'hésite pas à les utiliser, au même titre que les plantes.

Finances : Il s'en sort bien grâce à son patron, qui lui-même est devenu riche avec sa belle famille. Mais il se fiche de crouler sous la fortune. Son mode de vie lui permet de vivre correctement avec peu de moyens. Le châtain n'est pas très dépensier de toute manière, sans pour autant être radin.

Relationnel : Leif a au moins une grande soeur. Il a quitté sa mère lorsqu'elle était enceinte de jumeaux. Il ne sait pas s'il a d'autres (demis) frères et soeurs, n'étant pas revenu voir sa famille depuis un moment. Il considèrent également les jeunes jumeaux de son ami comme ses petits frères.

Quand on lui pose la question, il répond qu'il est célibataire. Ce n'est pas tout à fait vrai. Il a une relation avec son ami et patron, qu'il prend soin de dissimuler. Ce n'est pas le fait qu'ils soient deux hommes qui le dérange. Inari est marié, dévoiler sa double vie, qui plus est avec son secrétaire, attirerait les foudres de tout le monde. C'est pourquoi, lorsqu'ils sortent dans les endroits publics, ils ne se tiennent pas par la main et ne s'embrassent pas. Le botaniste se rattrape une fois seuls dans leur appartement.
C'est un jeu qui l'amuse. Lorsque son homme est absent plusieurs jours, il prend des libertés et part dragouiller quelques jolies filles, sans chercher à aller plus loin. Il déteste peu de monde, mais la compagne du renard fait partie des gens qu'il ne préférerait pas voir, autant en vrai qu'en tableau. Même s'il ne le montre pas, le jeune homme n'aime pas être délaissé pour cette vipère.

Caractère : Leif est du genre cool. Vraiment cool. Et très simple aussi. Adepte du système D, il trouvera toujours une solution à son problème. Parfois ça marche, parfois ce n'était bien que dans son esprit et le résultat n'est pas à la hauteur de ses espérances. Il ne se prend pas la tête avec la vie en général. Manger, dormir, s'amuser librement, embêter son amant. Bref, une vie que l'on pourrait considérer comme bohème, bien plus animale qu'humaine et très proche du naturel. Il aurait aisément pu prendre le masque du crypto, mais son amour pour l'étude des plantes fut plus fort. Comme la plupart des botanistes, il n'hésitera pas à aller faire la fête et boire toute la nuit, quitte à être une larve le lendemain. Le châtain est jeune et a la vie devant lui, il en profite. Très sociable, il adore voir de nouveaux visages et se fait de nouvelles connaissances très rapidement. Il joue volontiers la baby-sitter quand les jumeaux de son amant viennent leur rendre visite, en profitant pour repousser ses obligations à plus tard.

Joueur, le jeune homme adore taquiner son colocataire, surtout lorsque celui-ci est en plein dans ses révisions ou prépare des discours. De base, la politique n'est pas trop son truc, bien loin de ses convictions presque anarchiques. Il ne suit que de loin ses activités, préférant rester dans son ombre dans ce domaine, à ranger les dossiers qui traînent ici et là pour lui faciliter la tâche. Il se fiche de ne pas être sur le devant de la scène, et n'est donc en aucun cas jaloux de la réussite d'Inari sur ce plan. Pire que ça, il fait parti de la Résistance en tant qu'empoisonneur. Si pour le moment ses préparations font leurs preuves, il compte bien s'améliorer dans ce domaine. Mais s'il pouvait carrément ne pas travailler, il le ferait volontiers. Le châtain préfère gratter quelques notes de guitare, assis à l'ombre d'un gros arbre et dormir à la belle étoile durant les beaux jours plutôt que de s'enfermer dans un bureau et suivre une routine qui finit toujours par épuiser physiquement et mentalement le monde.

Un poil fainéant, moins il en fait, mieux il se porte. C'est pourquoi il râle souvent quand la paperasse s'accumule sur son bureau, parce qu'il repousse bien souvent les choses au dernier moment, qu'il doit classer les dossiers ou simplement faire le ménage dans l'immense appartement qu'il squatte. Cependant, un baiser de son renard préféré suffira généralement à le remettre au travail, du moins pour quelques heures, avant d'envoyer les papiers par la fenêtre ou finir en origami parce qu'ils lui prendront trop la tête.

Parfois tête en l'air, Leif est obligé d'organiser ses journées de travail. Plus attiré par la liberté, il serait capable d'oublier d'envoyer des courriers urgents s'il n'avait pas de pense-bête collés sur son bureau et un peu partout dans sa chambre. Il se fait d'ailleurs souvent réprimander par Inari lorsqu'il laisse les plantes mourir par manque d'eau. Le comble pour quelqu'un comme lui.

Physique : Leif voit le monde de son mètre soixante-dix. S'il lui manque une dizaine de centimètres pour arriver à la moyenne des hommes de la Bulle, il n'en reste pas moins bien taillé. Le jeune homme n'est pas une montagne de muscles pour autant. Il n'a de toute manière pas vocation à se battre. Il pourra se défendre en cas d'agression, mais ne cherche pas à rouler les épaules pour montrer qu'il est un mâle alpha. En bref, un humain assez classique que l'on peut croiser dans toutes les rues. Il a évidemment les caractéristiques de son masque : des yeux d'un émeraude sublime et quelques traces de vert dans ses cheveux, qu'il dissimule en se faisant des colorations. Le jeune homme adore ses cheveux et en prend grand soin. D'un naturel châtain foncé, il teint parfois les pointes en blond quand l'envie de changement lui prend. Il les a laissé pousser depuis des années, ce qui a fini par former ses longues dreads naturelles qui tombent à la pointe de ses omoplates. Lorsqu'il travaille, il les attache -ou plutôt les rassemble en un chignon informe- pour éviter qu'elles ne traînent partout. Il n'est pas rare qu'il décore sa chevelure de perles en bois de différentes couleurs.

Le médecin parfait ses ensembles de nombreux colliers et bracelets en bois, en tissu ou en crins qu'il tisse lui-même, parfois ornés de plumes qu'on lui a données ou de pierres censées repousser les mauvaises ondes. Il n'est pas rare de voir plusieurs bijoux s'accumuler sur ses poignets. Il aborde aussi plusieurs piercings. Tout d'abord, deux écarteurs de dix-huit milimètres chacun, un dans chaque lobe. Si cela ne le dérange pas de laisser ses tunnels et les trous que cela implique, il s'oblige à porter des bijoux pleins et dans la majeure partie du temps, de couleur verte, lorsqu'il doit accompagner son employeur quelque part. Plus bas, cachés à la vue de tous exeptés de son amant, un bijou traversant ses tétons à l'horizontal. Effectivement, ses piercings sont en double. Pour briser cette symétrie, il possède également un spider bites sur sa lèvre inférieure, côté droit.

Il s'est acheté deux ou trois ensembles plus sophistiqués lorsqu'il doit se rendre à des soirées en compagnie d'Inari. Mais à peine sera-t-il rentré dans l'appartement que ses affaires deviendront une boule de tissu dans le couloir. Parfois, quand il n'a vraiment pas envie de se vêtir dans l'appartement tout en devant le faire, il ne met qu'un pantalon large en tissu lui permet de se mouvoir sans effort lors de ses séances de yoga, et facile à retirer à la demande du plus âgé. Lorsqu'il sort, il se pare généralement d'un long tissu semblable à un poncho -ou un plaid reconverti, assez long sans le gêner dans ses mouvements. C'est également courant qu'il l'enfile les jours suivants une nuit blanche passée avec le renard, pour cacher les marques qu'il a pu lui laisser.
Atouts : Sa gentillesse et son écoute, les soins de qualité qu'il offre à tous ceux qui le demande
Handicaps : Ses multiples masques qu'il ne doit pas mélanger pour ne pas être au coeur des scandales

    Leif naquit à Chrono une douce soirée de mars, d'un père médecin et d'une mère institutrice. Les premières années de sa vie se déroulèrent sans l'ombre d'un souci. Même s'il était un garçon, ses parents le traitèrent de la même manière que sa grande soeur, qu'il aimait beaucoup et avec laquelle il passât le plus clair de son temps lorsque ses parents s'absentaient. Voisin depuis toujours avec la famille d'Inari, les deux jeunes ne se séparèrent jamais plus depuis que le châtain sut marcher. Les petits firent les quatre cents coups, sous le regard parfois amusé, parfois blasé de leurs loups de pères.

    Inari travaillait déjà ses cours assidûment. Lui faisait l'école à la maison, sa mère préférant avoir ses enfants près d'elle. Ils se voyaient dès que brun avait du temps libre. Malheureusement, avec les cours que lui imposait sa belle-famille, leurs jeux se firent plus rares, mais d'autant plus chaotiques lorsqu'ils se retrouvaient, à courir des heures sous une forme animale pour dépenser toute l'énergie accumulée. Quelques années plus tard, Inari l'abandonna pour rejoindre la l'académie politique. Bien que déçu, il savait qu'ils se retrouveraient un jour. Leur amitié ne pouvait se déchirer pour une fille que le renard ne connaissait pas. Ils s'étaient promis de se revoir et il attendrait ce jour avec impatience.

---

    Durant une matinée de printemps, dans l'année de ses treize ans, il remarqua son père faire ses bagages. Leif lui demanda ce qui se passait. Le médecin tourna la tête vers lui et sourit.

« On va rejoindre Vapor d'ici quelques jours. »

    Ses paroles firent briller ses yeux. Vapor ! Ils allaient à Vapor rejoindre son meilleur ami ! Cela devait faire deux ans qu'ils ne s'étaient pas vus. Son coeur battait la chamade, excité à l'idée de lui sauter dans les bras à peine retrouvés. Le loup à crinière lui expliqua, après l'avoir calmé, qu'il voulait faire de lui un médecin aussi compétent que lui, et qu'il serait mieux de rejoindre une école dans le quartier le plus riche de la bulle. Les femmes de la famille étaient informées et sa mère avait accepté sans hésitation. Elle était fière d'être mariée à un médecin, alors si son fils pouvait suivre la même voie, elle n'en serait que plus ravie encore. Pour ne pas courir le jour du départ, il préférait prendre le temps de ranger tout ce qu'il fallait. Tout content de cette merveilleuse nouvelle, il fit ses valises à son tour. Le jour J, il salua sa soeur et sa mère, dont le ventre s'était bien arrondi.

    Nouveau quartier, nouvelle vie. Les deux hommes s'installèrent dans un bel appartement au centre-ville, son père ayant les moyens d'en acheter un si grand. Boosté par tous ces changements, le jeune homme gardait la forme. Quand le loup n'avait pas besoin d'aide ou était à son travail, il partait à la visite de son nouveau quartier, cherchant Inari des yeux à chaque coin de rue. Les premières semaines passèrent, l’inscription à l’école de médecine ne venait pas. Il ne retrouva pas non plus le renard. Ce n'était pas grave. La ville était grande et il était sans doute en train d'étudier.

    Alors qu'il revenait du marché, les bras chargés de provisions, il appela son père pour qu'il l'aide à ranger tout cela. Aucune réponse. Il déposa les affaires dans la cuisine et le chercha dans chaque pièce. Il toqua à la porte de sa chambre et l'entrouvrit, passa la tête par l'entrebâillement.

« Papa, tu fais quoi ? »

    Le jeune homme ne savait pas ce que son père faisait avec une seringue. Il la remplissait d'un liquide étrange et peu rassurant. C'était la première fois qu'il manipulait ce genre de choses hors de son cabinet.

« C'est un vaccin pour toi. Assieds-toi. »

    Un vaccin ? Il n'était pourtant pas malade et les derniers ne remontaient il n'y a pas si longtemps que cela. Il s'installa sur le lit et remonta sa manche de pull tout de même. Habitué à recevoir les injections, il ne se douta de rien. Jusqu'à ce que l'aiguille lui entra dans une veine de la pliure du coude et déversa du plomb fondu directement dans le bras. Enfin, c'est ce qui lui semblait, vu la brûlure insupportable que provoqua le liquide. Ce n'était pas un médicament. Il retint un cri, serra les draps de sa main libre sous la douleur. Le laissant quelques heures agonisants, son père finit par revenir et cette fois-ci préleva une partie de son liquide vital. Mais pourquoi ? Durant les heures et pendant les jours qui suivirent, de nombreux effets secondaires se manifestèrent, tous plus embêtants les uns que les autres. Il tentait comme il pouvait de retirer cet intrus de son corps, comme il le faisait avec Inari plus jeune.

    Ce que Leif ne savait pas, c'était qu'il venait de s'enfermer dans une spirale sans fin. Le médecin notait tout sur un carnet, semblait satisfait des résultats. À peine se remettait-il de ses maux que le loup lui injectait une nouvelle dose de cette chose. Durant un moment, il fuyait son paternel pour échapper à cette souffrance inutile qu'il lui infligeait. La confiance qu'il lui avait faite depuis son plus jeune âge se brisait, il voulait que tout s'arrête. Mais celui-ci arrivait toujours à le rattraper. Pendant une année, peut-être deux, il ne savait plus, il passa la majeure partie de son temps entre l’école de médecine dans laquelle l’inscrivit son père et les expérimentations qu’ils faisaient sur lui qui le clouaient au lit.

    Alors que le loup était parti travailler, il se leva avec peine de son lit et traîna sa carcasse dans l'appartement. Le cerveau à moitié éteint, il se dirigea vers la chambre de son père. Il n'y mettait jamais les pieds et il lui interdisait d'y aller. Il ouvrit la porte et fouilla la pièce des yeux. Un tas de papiers en vrac attendaient d'être lus sur le bureau. Après s'être assuré qu'il ne rentrerait pas tout de suite, il alla attraper les documents. Plus la lecture avançait, plus ses yeux s'agrandirent sous l’effroi. Son père l'avait éloigné de sa famille pour tester ses expériences immorales. Il voulait tester sa résistance à différents poisons. Il annotait fréquemment la perte du potentiel toxique une fois que le garçon retirait comme il pouvait le surplus de liquide. Choqué, horrifié de cette nouvelle, il arriva à peine à remettre les dossiers à leur place. Le châtain retourna s'enfouir sous la couette. Jamais il ne survivrait à ce traitement. Il allait mourir d'une overdose ici, loin de sa mère, de sa soeur, de ses petits frères ou petites soeurs et surtout d'Inari.

---

    Toujours sans nouvelles de son meilleur ami et n'étant pas revenu chez sa mère depuis un moment, son moral avait sérieusement baissé. Son père l'avait déçu en lui promettant des choses fausses et le terrifiait au plus haut point désormais depuis qu'il avait appris à ses dépens ses véritables intentions. Puis son corps commença à s'habituer à ce qu'on lui injectait de force. Son esprit lassé de toutes ces piqûres ne réagissait même plus. Il tendait le bras pour se faire administrer la substance, puis il retirait le liquide de plus en plus facilement. Et c'était tout. Lorsque les douleurs se faisaient moins présentes, les doses augmentaient ou changeaient de composition.

    En parallèle, il suivait comme il le pouvait des cours sur les toxines pour pouvoir se spécialiser plus tard dans ce domaine. Il se révélait très doué pour extraire toutes sortes de toxines présentes dans la nature autant dans les plantes que chez certains animaux. A l’abris des regard, il commençait à faire ses propres expérimentations. Contrairement à ce que faisait son père, il effectuait ses recherche à l’extérieur de son corps ne souhaitant pas s’inoculer plus de toxines que le faisait déjà son géniteur. Il acheva la formation de base en cinq années. Son père pris le relais pour lui apprendre à utiliser ses compétences en médecines autant pendant sa formation et encore deux ans après pour parfaire sa maîtrise même une fois diplômé.

    Lors d'une sortie avec son père changé en son animal programmé, il croisa un jeune homme. Cela fit tilt dans son esprit. Il se souvenait de ce visage... malgré les changements, c'était lui. Il en était sûr. Il cria son nom et couru le rejoindre. Inari. Il avait retrouvé son ami d'enfance par le plus grand des hasards. Les deux adolescents maintenant réunis, il supporta mieux les injections. Il devait tenir bon pour lui. Tout en subissant cette torture interne, il faisait comme si de rien était auprès de son ami. Même s'il sentait ses tripes se déchirer ou que ses mains tremblaient à cause de la dernière toxine paralysante, il tenait au maximum de garder le contrôle sur un corps malade en permanence. Leif ne voulait pas se montrer faible face à l'homme important qu'il était devenu. Il ne pouvait pas montrer le mal qui le rongeait. Comme si ces quatre années ne s'étaient pas passées, ils retrouvèrent leurs habitudes d'enfants, à courir dans les rues dans leur forme animale.

    Lorsque Inari épousa sa vipère de femme, il ne put s'empêcher d'y voir une trahison. Il avait besoin de lui pour endurer ce que son père lui faisait, et lui allait voir une femme qu'il n'aimait pas. Heureusement, après la cérémonie, les deux hommes se retrouvèrent une nouvelle fois. Leif avait fini sa formation n’avait plus besoin de justifier ses absences auprès de son ami excepté lorsque son père lui donnait des cours particuliers ou continuer ses expérimentations.
 En dehors de cela, il continuait de fréquenter son meilleur ami. Cependant, quelque chose avait changé. Son coeur ne réagissait plus de la même manière lorsqu'ils se voyaient. Il n'osa rien lui dire, ne voulant compliquer cette amitié mise à rude épreuve durant quatre longues années.

*

    Le dreadeux crut entendre une voix. À moitié endormi sur le lit de son colocataire, il ne fit pas attention, à si c'était un rêve ou la réalité. Cependant, la personne se rapprocha et lui mordilla le nez. Il la repoussa, par totalement revenu à la réalité et grognon comme un ours à qui on priverait l'hibernation. Il se leva avec paresse et alla regarder ce qui mijotait dans les casseroles, traînant des pieds. Rien. Il tourna le regard sur le renard.

« Elles sont vides, j'ai pas encore commencé. Je te demandais, de quoi as-tu envies ce soir ?
- M'en fiche, tant que ça se mange. »

    Il n'avait en réalité pas faim du tout. La dernière injection de son père lui retournait le ventre, entre fatigue et vertige, le poison avait du se répandre trop vite pour pouvoir en extraire la totalité. Cependant, Inari n'en savait rien. Il préférait faire comme si tout allait, même si sa seule envie était de retourner somnoler sur un lit, une bassine à côté, sait-on jamais. Il l'aida à dresser la table. Une crampe d'estomac lui arracha une grimace. Il se retint de se plier en deux. Heureusement qu'il se trouvait dos au renard à ce moment-là. Celui-ci posa la salade peu de temps après. Leif repoussa les dreads pendantes devant son visage et l'écouta. Leur regard se croisa. Tout ce qui tournait autour de la politique ne l'intéressait nullement. Il faisait des efforts pour suivre ses enseignements, juste parce que c'était lui. S'il était admis, il serait encore plus aux pieds de sa belle-famille.

    Sans surprise, il fut reçu. Il lui demanda d'écrire une lettre. Pour éviter de l'oublier, il s'y mit sur-le-champ. Quelques jours plus tard, tous lui tombèrent dessus. Dans sa forme animale, posé dans un coin de canapé sur un morceau de couverture, il regardait la scène. Pauvre Inari, il n'aura plus une minute pour lui avec toutes ces nouvelles choses à faire. Bon, il fallait dire aussi que le ton qu'il avait employé dans la lettre n'était pas ce qu'il y avait de mieux pour faire passer la nouvelle. Mais c'était plus fort que lui, il n'avait pas trouvé d'autres tournures. Il poussa un long soupir, suivit d'une symphonie de petits cris, semblables à ceux d'un cobaye pour exprimer sa joie. Il se changea finalement pour redevenir humain.

« Mais moi je suis là. »

    Le guérisseur se leva et lui donna une pichenette sur le bout du nez. Il lui proposa d'aller à leur bar favori. Quelques minutes plus tard, le temps de s'habiller convenablement et de marcher jusqu'à l'établissement, les deux amis se retrouvèrent avec des verres dans la main.

« Hahaha, tu aurais dû voir leur tête quand ils sont arrivés. Ils n'ont pas apprécié le ton léger du courrier que tu leur as envoyé. J'ai dû me retenir pour ne pas éclater de rire. »

    Il lui caressa les cheveux, pas facile avec les dreadlocks qu'il se trimbalait. Durant la soirée, les bouteilles s’enchaînaient. Toutefois, par rapport au renard, il sut s'arrêter à temps. Les consommations réglées, il l'aidait à marcher jusqu'à leur appartement. Ah là là, sa belle-famille serait contente de le voir dans cet état, tiens. C'est sans ménagement qu'il le jeta sur le lit et commença à le déshabiller. Il le glissa ensuite sous les draps.

« Fais de beaux rêves. »

    Il serra sa manche avant qu'il n'ait pu se relever. Il lui supplia de rester. Impuissant face à cette voix, il n'eut d'autres choix que de se dévêtir pour le rejoindre juste ensuite.

« Voilà, t'es satisfait ? »

    Inari se colla à lui. Ce n'était pas la première fois qu'ils dormaient nus dans le même lit. Cependant, à chaque fois qu'ils le faisaient, la drôle de sensation au fond de lui remontait à la surface. Son coeur cognait plus fortement dans sa poitrine. Le silence s'installa dans la pièce.

« Tu dors déjà ? demanda-t-il.
- Non, merci d'être là pour moi... »

    Le malade ne put s'empêcher de poser ses lèvres sur les siennes, glissant ses doigts sur son visage avec douceur. Le plus vieux répondit par une étreinte. Les deux hommes finirent par s'endormir l'un contre l'autre.

*

    Dans l'année de ses dix-neuf ans, son père l'abandonna pour retourner au foyer familial, comme si toutes ces années d'empoisonnement volontaire ne s'étaient jamais passées. Comme si ce qu'il lui avait imposé était normal. Maintenant seul, il pouvait faire ce qu'il voulait de sa vie. Après avoir été formé par ses soins au maniement des plantes et autres dangerosités de la nature, il se tourna vers les remèdes qui soulageaient. Le jeune homme se spécialisa dans la médecine douce et naturelle. Depuis maintenant sept ans, il va de maison en maison aider les gens qui en ont besoin, laissant de côté toutes ses horreurs passées.

    Il squatta l'immense appartement du renard, n'ayant pas de toit puisque le loup avait vendu le leur. Il finit par y aménager l'année suivante, prétextant son métier de secrétaire pour se rapprocher de lui. Durant la formation de son homme, il s'occupa de la partie administrative. Les années passèrent. Il le vit gagner en autorité. Rester dans son ombre ne l'a jamais dérangé, ne voulant pas se prendre la tête avec ce genre de chose. Le jeu étant aussi de ne pas éveiller les soupçons de son nouvel amant, qui ne savait pas qu'il était un membre de l'Engrenage.

    Lorsqu'il retourne voir sa femme et ses enfants, il ne reste généralement pas enfermé dans l'appartement une fois les lettres écrites et envoyées. Il sort, il va se faire de nouveaux amis, il pratique ses soins. S'il peut se passer de sa présence le temps de faire l'aller-retour entre ces deux demeures, il n'est jamais mécontent de le retrouver après une longue absence.
Histoire
Masque : du botaniste
Implants : À la pulpe des doigts pour extraire ce dont il a besoin dans les végétaux
Prothèses : Possède des griffes qu'il peut mettre et enlever quand il veut pour s'accrocher aux arbres. Il les garde dans son sac mais ne les mets quasiment jamais
Spécialisation : Plus tard.
avatar
Fonction : Cyclope.
Messages : 160

Feuille de personnage
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: implants palmaires - plantaires - auditifs - prothèses exosquelettes - lames avant bras droit
Sac:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une vie de bohème - Leif

le Dim 26 Nov - 20:31
REBIENVENU CHEZ TOUA!!!!!!! o/


_________________

If we're gonna die, bury us alive


This world is gonna burn, burn burn burn. As long as we're going down. Baby you should stick around. Baby you should stick around. It's all gonna shift, it's out of our hands. Babe if you could know, you would hatch a plan. That's my, that's my man. Dark doo wop - MsMr
avatar
Maître de l'Espace
Age : 29
Fonction : Barman/assassin
Messages : 360
Localisation : Espérez juste que ce ne soit pas votre chambre à la nuit tombée

Feuille de personnage
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: Implants oculaires bilatéraux - peau - prothèses brachiales pour des lames
Sac: une dague à rouelle, un chapeau hait de forme, des gants de cuir noirs
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une vie de bohème - Leif

le Dim 7 Jan - 16:43
allez pinpin fais moi rêver avec ton beau secrétaire !!

Yay

_________________



Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.

Never again will I be dishonored
And never again will I be reminded
Of living within the world of the jaded
avatar
Maître du Temps
Age : 28
Fonction : Vendeur en herboristerie
Messages : 489
Localisation : Dans sa boutique

Feuille de personnage
Attributs et compétences:
Implants et prothèses: Le basique dans sa nuque. Il a également des implants oculaires pour mieux voir la nuit. Prothèses : Aux articulations des coudes, poignets, genoux et chevilles pour amortir ses mouvements dans sa forme animale
Sac: Quelques herbes médicinales, une plume dorée et des poils de son animal programmé dont il n'arrive pas à se débarrasser
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une vie de bohème - Leif

le Dim 7 Jan - 17:14
Héhéhé je m'en occupe ce soir Lala

_________________

Wild and strong, I can't be contained
Never bound nor ever chained.


 
Contenu sponsorisé

Re: Une vie de bohème - Leif

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum